fbpx

Écrire ou l’art d’avoir du style

Bien sûr, en écriture comme en toute chose, chacun son style. Cependant si vous cherchez à conférer un peu de singularité à votre prose, il serait bon de prendre des libertés dans l’expression afin de libérer votre esprit créatif peut-être encore un peu trop soumis à des considérations pragmatiques qui l’emprisonnent.

Qu’est-ce que le style littéraire?

Pour dire les choses simplement, résumons le style littéraire à la manière de s’exprimer par écrit et, surtout, à la façon dont cette manière de dire les choses se distingue de celle qui est commune.

À l’instar de ce qui est reconnu comme caractérisant la beauté, le style ne saurait exister et être apprécié qu’en fonction d’une certaine norme. Plus un style est original, plus il capte l’attention. Il devient la signature de l’auteur, si l’on peut dire.

Considérons ensemble quelques éléments stylistiques de base :

Les registres de langue

On distingue quatre registres de langue : le populaire, le familier, le neutre (ou standard) et le registre soutenu (ou littéraire). Chacun d’eux, selon les caractéristiques qui lui sont propres, confère au texte une saveur particulière. On ne choisit donc pas au hasard le registre de langue, mais en fonction de visées précises et selon du contexte du récit.

On peut varier les registres de langue à l’intérieur d’un même texte (par exemple, celui de la narration peut être neutre, alors que celui des dialogues peut être familier), toutefois cela doit s’organiser de manière cohérente et justifiée.

Les procédés littéraires

Il existe plusieurs techniques narratives pour raconter une histoire. Il ne faut pas hésiter à les explorer puisqu’elles permettent de créer des effets de lecture particuliers en fonction des visées du récit.

Vous pouvez également tirer profit des dialogues et des monologues, faire usage de descriptions et dresser des portraits. Vous pouvez vous permettre, bien sûr, d’avoir recours à différents points de vue narratifs (narrateur omniscient, interne ou externe).

Afin de briser la monotonie, stimuler le suspens ou préciser certains éléments importants du récit, les digressions ou les retours en arrière peuvent s’avérer utiles. Et pourquoi pas, si le contexte le requiert, quelques passages d’anticipation?

L’angle d’approche et la construction syntaxique

Il existe encore une multitude de procédés narratifs que vous pouvez explorer, tels que l’apostrophe (interpellation), l’apposition, l’inversion, l’alternance, l’illustration et l’ellipse. Permettez-vous de les expérimenter et d’évaluer l’effet produit sur le texte.

Dire sans dire… ou comment « tourner autour du pot! »

Entendons-nous bien, il ne s’agit pas d’égarer le lecteur dans un filet de prose qui se refermera sur lui; il s’agit de créer des images, de se laisser aller à l’évocation plutôt qu’à la stricte livraison d’informations.

Il est bien plus agréable pour le lecteur de se laisser porter par la beauté de périphrases évocatrices plutôt que de se buter invariablement au sens propre des mots. Les métaphores, si elles sont habiles, ajouteront une nouvelle dimension au texte, la comparaison pourra permettre quelques autres variantes, tout comme la métonymie. Toutefois, si le recours aux figures de style permet d’enrichir la prose, il faut savoir en faire bon usage. C’est comme le crémage sur le gâteau; dès qu’il y en a trop, on ne sait plus l’apprécier!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close