Des avis contradictoires à propos de votre manuscrit! Que faire?

Ça y est! Vous voilà confus… vous ne savez plus que penser à propos de votre texte, à tel point que vous avez commencé à vous en ronger les ongles. Certains vous assurent qu’il s’agit d’un bon manuscrit, alors que d’autres semblent ne lui accorder aucune valeur. Faut-il faire fi de ces derniers avis et poursuivre votre démarche éditoriale ou si, au contraire, il vaudrait mieux remettre l’ouvrage sur le métier afin de le peaufiner encore?

L’avis de vos bêta-lecteurs

Votre mère, le voisin retraité, votre collègue de travail et la bibliothécaire ont eu le privilège de prendre connaissance de votre manuscrit fraîchement achevé. Vous avez recueilli avec fébrilité les propos de vos bêta-lecteurs triés sur le volet et, règle générale, ils semblent avoir apprécié leur lecture. Bon, il y a bien le voisin qui s’est montré un peu trop critique à votre goût, mais… c’est un vieux grincheux, tout le monde le sait, et c’est à se demander pourquoi vous avez accepté sa proposition de lecture. Il vient de vous décourager avec son négativisme. Mais ça passera! Vous préférez ne pas accorder trop d’importance à ses propos qui vous obligeraient à réécrire tout un chapitre. Du reste, on a souligné ici et là de petits détails à rectifier, mais cela sera vite corrigé.

Soyez conscient, avant de conclure à la suite du bilan de ce petit comité de lecture, que si ces avis représentent un échantillon du lectorat visé il n’en demeure pas moins que ceux-ci reposent sur des appréciations essentiellement personnelles, c’est-à-dire de goût, et non pas sur des considérations objectives et littéraires. Qu’en serait-il de l’avis de professionnels qualifiés en la matière? Il vaudrait la peine de tâter le terrain en ce sens, non?

L’avis d’un conseiller littéraire

Vous avez décidé d’en avoir le cœur net en ayant recours à une analyse de manuscrit professionnelle. Après une petite période d’attente, dont vous avez profité pour prendre du recul, le document d’analyse vous est retourné avec un mélange de commentaires rassérénants, mettant en relief les qualités de votre texte, et d’autres soulignant certaines faiblesses que vous n’aviez pas soupçonnées… ou si peu. Heureusement, on vous suggère des pistes de solutions afin de retravailler ces aspects. Vous voilà à tapoter des doigts devant le clavier de votre ordinateur avant de replonger dans le texte; vous avez matière à réfléchir!

L’avis des éditeurs

Votre manuscrit a évolué ces derniers temps et vous avez fait parvenir la plus récente mouture à quelques éditeurs de prédilection. Les premières lettres de refus ont déjà été livrées par le facteur. Une première, ça va, deux, vous soupirez, trois… vous commencez à remettre le manuscrit en cause. En somme, on vous dit que c’est bien, on vous souhaite le meilleur pour ce texte, mais vu le nombre incalculable de manuscrits reçus et blablabla… on n’a pas retenu le vôtre pour publication. Vous vous retrouvez devant un carrefour de possibilités : envoyer le manuscrit valser dans le fond d’un tiroir, le foutre carrément à la poubelle, le retravailler en entier ou en parties, sinon persister dans votre démarche éditoriale. Que faire?

Et votre propre avis, lui?

S’il est recommandé de prendre en considération les avis de bêta-lecteurs, d’un conseiller littéraire ainsi que d’éditeurs ou d’autres professionnels du milieu littéraire, il reste que votre propre avis sur la question n’est pas à négliger! Rappelez-vous qu’aucune œuvre n’est parfaite, quand bien même vous aspireriez à écrire un chef-d’œuvre. Aucune œuvre ne saurait plaire à tout le monde! L’important est que vous ayez pris le temps de produire une œuvre réfléchie, mûrie à point, et que vous ayez investi tous les efforts de perfectionnement nécessaires à son achèvement. Le résultat doit vous plaire à vous-même, d’abord et avant tout, et correspondre au défi que vous vous étiez fixé.

Ne faites pas l’erreur de procéder dans votre manuscrit à des modifications qui ne vous plaisent pas vraiment, mais qui visent à séduire les uns et les autres. Apprenez à juger de ce qui doit ou non être considéré parmi les commentaires de lecture qui vous ont été fournis, et ce peu importe qui les a formulés. Faites-vous confiance, exercez votre jugement, suivez votre instinct créateur. De tous les conseils qu’on vous a adressés ne retenez que ce qui vous semble juste et pertinent en vue de vos propres visées créatrices.

Si vous le souhaitez ardemment, votre livre finira bien par être publié, d’une manière ou d’une autre, et vous devez être le premier satisfait du résultat.

Après, il restera encore le jugement des critiques littéraires et les lecteurs; il faudra bien vous résigner à ne jamais faire l’unanimité…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close