Choisir un type de narrateur pour son récit

Choisir un type de narrateur pour son récit

Le choix d’un type de narrateur est un élément crucial à considérer lorsqu’on se lance dans un nouveau projet d’écriture. En effet, un récit ne peut exister sans la présence d’un narrateur pour raconter l’histoire et organiser le fil des évènements. Le narrateur offre une perspective unique sur le déroulement du récit et, en ce sens, son choix n’est pas à prendre à la légère, puisqu’il influencera profondément la suite du travail d’écriture. Lequel des différents types de narrateurs convient le mieux à votre projet ? Voici un article pour vous guider dans ce choix primordial.

Les différents types de narrateurs

Il existe trois principaux types de narrateurs qui apportent tous une perspective différente au récit :

Narrateur personnage principal :

Comme son nom l’indique, ce type de narrateur est le personnage principal du récit. On l’appelle aussi « narrateur héros ». Ce narrateur fait partie intégrante de l’histoire, il offre une voix par laquelle il témoigne du fil des évènements de façon personnelle, en y intégrant ses propres émotions et son ressenti. Avec ce type de narrateur, on utilise une narration à la première personne : il s’agit habituellement du « je », mais on pourrait également utiliser le « nous ».

Exemple :

« La présence de mes enfants m’agaçait. Appuyés contre le cadre de la porte de ma chambre, ils se contentaient pourtant de me regarder faire mes valises. Mais tandis que j’étalais sur le lit mes chemises neuves encore dans leur emballage, les costumes fraîchement pressés et les coûteux accessoires qui complétaient mes tenues de combat, je sentais leurs petits yeux vriller ma nuque et s’enfoncer jusque dans l’os de ma troisième vertèbre. »

– Jean Barbe, Comment devenir un monstre

Narrateur personnage témoin :

Ce type de narrateur fait également partie de l’histoire, mais à titre de personnage secondaire cette fois. Il raconte en général une histoire à laquelle il est extérieur, à titre d’observateur du récit. Ce type de narrateur ne peut pas connaître les pensées et les émotions des autres personnages. Dans ce cas-ci, on utilise habituellement la narration à la 3e personne du singulier ou du pluriel (il, elle, ils, elles).

Exemple :

« Debout, une jeune femme regardait dans la chambre. Elle avait de grosses lèvres enduites de rouge, et des yeux très écartés fortement maquillés. Ses ongles étaient rouges. Ses cheveux pendaient en grappes bouclées, comme des petites saucisses. Elle portait une robe de maison en coton, et des mules rouges, ornées de petits bouquets de plumes d’autruches rouges.

— Je cherche Curley, dit-elle. »

– John Steinbeck, Des souris et des hommes

Narrateur omniscient :

Aussi appelé « narrateur Dieu », ce type de narrateur a une vue d’ensemble de la situation : il connaît le passé et l’avenir, ainsi que ce que les personnages pensent et ressentent. C’est un narrateur absent de l’histoire, externe, qui sait tout et qui voit tout. On utilise également la narration à la 3e personne avec ce type de narrateur (il, elle, ils, elles).

Exemple :

« Il étendit sa cape sur le sol et s’allongea, en se servant comme oreiller du livre qu’il venait de terminer. Avant de s’endormir, il pensa qu’il devrait maintenant lire des ouvrages plus volumineux : il mettrait ainsi plus de temps à les finir, et ce seraient des oreillers plus confortables pour la nuit. »

– Paulo Coelho, L’Alchimiste

S’amuser avec la notion de narrateur

Bien que l’on s’en tienne habituellement à un seul type de narrateur par récit, rien n’empêche de s’amuser avec cette notion. On pourra donc, si on est à l’aise de le faire, alterner entre différents types de narrateurs, à condition que cela apporte quelque chose de significatif au récit. Par exemple, si l’on souhaite créer un effet particulier, ou encore si une voix narrative s’avère plus propice qu’une autre pour révéler certains détails de l’intrigue.

Il est également possible d’utiliser d’autres types de narrations alternatives si on n’a envie d’apporter un angle original au récit, par exemple la narration à la deuxième personne (narration au tu/vous), qui aura pour effet de donner l’impression que le narrateur s’adresse directement au lecteur en faisant de lui le personne principal du récit.

En terminant…

Il importe donc de bien prendre le temps de réfléchir au type de narrateur autour duquel vous construirez votre récit, puisque celui-ci influencera considérablement la rédaction de votre projet. Posez-vous la question « Quelle voix narrative servira le mieux le propos de mon histoire ? ». Un narrateur qui connaît les émotions et les pensées de tous les personnages ? Un narrateur au cœur même de l’histoire ? Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, seulement des façons différentes (et tout aussi captivantes, chacune à leur manière !) de délivrer un récit.


crop young woman writing schedule in diary on sofa

Déployez votre plein potentiel; entourez-vous de professionnels!

Laisser un commentaire

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close