fbpx

CINQ erreurs à éviter dans la caractérisation de personnages

Voici quelques erreurs très fréquentes de caractérisation de personnages dans les manuscrits en cours d’écriture. Portez-y une attention particulière afin de ne surtout pas les commettre…  

1. Référer le lecteur à une célébrité

Vous écrivez un roman et vous prenez soin de présenter les personnages. Cependant si, pour décrire votre protagoniste, vous référez le lecteur à Patrick Swayze dans Dirthy dancing ou à Angelina Jolie dans Lara Croft, prenez en considération que vous êtes en train de calquer votre personnage sur un autre et non pas en train de créer le vôtre, ce qui aux yeux des lecteurs (…et à fortiori des éditeurs) risque d’être perçu comme un grand manque d’originalité. Il se peut aussi que lecteur ne connaisse pas la tête de la vedette en question, et s’il faut commencer à googler un nom pour se faire une idée de l’allure d’un personnage… c’est peut-être que le roman ne sait pas se suffire à lui-même.

Il existe une multitude de mots en langue française qui sauront vous permettre de dresser un intéressant portrait, alors ne soyez pas trop paresseux. Donnez-vous la peine de dénicher les épithètes les plus justes afin de créer un protagoniste sur mesure pour votre histoire sans quoi non seulement on vous reprochera de manquer d’originalité mais aussi de vocabulaire et d’inspiration, ce qui, entre vous et moi, n’augure pas très bien pour la suite de la lecture…

2.Décrire le personnage trop tardivement

Ce n’est pas lorsque le lecteur, faute de descriptions fournies par le narrateur, s’est construit en lui-même une image bien nette et précise d’un personnage qu’il est temps de tout déconstruire en lui apprenant que non, contrairement à ce qu’il pense, le personnage n’a pas 50 mais 30 ans, n’a pas les cheveux gris mais roux, n’est pas maigrelet mais plutôt bien en chair.

À la limite, ne décrivez pas du tout, ou très peu, mais évitez de contrarier le lecteur en lui apprenant sur le tard qu’il a tout faux dans la part du récit qu’il s’était vu obligé d’imaginer par lui-même en l’absence de toute consigne appropriée fournie de votre part. Rien de plus frustrant que de se voir obligé de reconfigurer sa perception d’un personnage!

3.Décrire le personnage de manière générique

Votre protagoniste doit avoir une allure qui lui revient en propre. On doit être en mesure de le distinguer des autres, de s’en forger une image précise. Tâchez donc de le décrire de manière à laisser entrevoir ses caractéristiques particulières. On se doute bien que le personnage a deux yeux, deux oreilles, un nez et une bouche, mais encore?

Il y a bien des regards différents en ce bas-monde, celui-là a peut-être quelque chose de particulier qu’il vaut la peine de souligner; il en va de même pour les lèvres, la manière de sourire, les expressions faciales, la chevelure, le style vestimentaire, le ton de la voix, etc. Votre protagoniste n’est pas qu’un simple personnage parmi les autres, n’est-ce pas? Faites valoir sa singularité.

4.Négliger certains aspects de la caractérisation 

Ce sont nos expériences de vie qui nous forgent. Il en va de même pour le héros de votre roman. Ne mettez pas en action un personnage unidimensionnel. Inventez-lui une histoire personnelle, familiale et professionnelle; décrivez des traits de caractère qui puissent aller de pair avec son vécu et son allure extérieure.

Par exemple, le style vestimentaire ou le mode de vie de celui-ci sera une expression de sa classe sociale, de ses valeurs et de sa personnalité; cela doit mettre en relief tous les aspects de son identité. Et n’oubliez pas que le protagoniste doit être cohérent jusque dans ses contradictions; sachez bien articuler sa dialectique personnelle.

5.Se contredire dans les détails

La prise de note et la relecture attentive comportent certains avantages dont celui de nous permettre d’éviter les contradictions. Par exemple, votre personnage est en robe de chambre au début de la scène, il ne serait donc pas normal, si on sonne à la porte, qu’il soit tout à coup vêtu d’une chemise blanche au moment d’ouvrir au visiteur. Autre exemple : vous avez changé d’idée deux ou trois fois à propos de la description physique d’un personnage; il se peut que par inadvertance celui-ci passe des yeux bleus aux yeux pers. Soyez certain d’éviter cela. Même chose pour la chevelure : à moins d’être passé chez le coiffeur on n’oscille pas du châtain foncé au brun roux sans raison!

Faites relecture attentive de vos scènes, de vos chapitres, et demandez à des amis de vous relire pour débusquer les contradictions et les petites incohérences.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close