fbpx

Pourquoi le dialogue est-il si peu prisé dans le roman littéraire?

Le roman littéraire et le roman populaire se distinguent l’un et l’autre en regard de plusieurs caractéristiques observables ayant trait au fond et à la forme. Parmi ces différences notables, on remarque la présence nettement moins fréquente de séquences dialogales dans le roman littéraire. Cette constatation a de quoi porter à réflexion.

La pertinence relative du dialogue dans le roman

On les tient souvent pour acquis, et pourtant les dialogues ne sont pas nécessaires au genre romanesque. À la limite, ils peuvent en être totalement absents, et le roman ne s’en portera pas plus mal. Cela dit, l’inverse n’est pas vrai : un roman sans narration, strictement constitué de séquences dialogales, ne constituerait pas un roman, mais correspondrait plutôt au genre théâtral. Bref, un roman qui respecte les caractéristiques du genre romanesque se définit d’abord et avant tout par un équilibre narratif bien assuré.

On les tient souvent pour acquis, et pourtant les dialogues ne sont pas nécessaires au genre romanesque. À la limite, ils peuvent en être totalement absents, et le roman ne s’en portera pas plus mal.

Les dialogues dans le roman POPULAIRE

Il importe tout d’abord, aux fins de comparaison, de souligner l’importance que le roman populaire accorde généralement à l’action; cette constatation permet de mieux comprendre le rôle du dialogue au sein de celui-ci.

À ce sujet Marie-Claire Saint-Jean, éditrice chez Guy Saint-Jean éditeur, souligne : « Je pense que les dialogues permettent aux lecteurs de cerner plus concrètement les réactions et les personnalités des personnages. Ils leur permettent de visualiser, un peu comme au cinéma ou à la télé, l’expression, le tempérament, et l’essence des personnages et de s’y identifier plus facilement. » Le discours direct fait donc bénéficier le lecteur d’une impression d’immédiateté, un peu comme s’il était convié au cœur de la scène et qu’il assistait à la conversation des protagonistes sans devoir passer par l’intermédiaire que représente le narrateur.

« Par définition, poursuit Marie-Claire Saint-Jean, les romans populaires touchent des sujets qui font écho à un grand nombre de gens. Les dialogues, lorsqu’ils sont bien faits, réalistes et bien dosés, donnent l’impression que les personnages sont plus incarnés que lorsqu’on est que dans leur intériorité ou dans les descriptions d’un narrateur. C’est une façon d’interrompre de longs passages narratifs qui peuvent devenir plus lassants à la longue. »

En effet, comme le roman populaire s’adresse à un lectorat très large, pour qui la lecture représente essentiellement un divertissement, le fond et la forme du récit doivent converger de manière à favoriser autant que possible la détente. Par conséquent, on privilégie un texte recelant de nombreuses séquences dialogales qui font en sorte que le roman apparaît visiblement plus aéré et qui permettent au lecteur d’anticiper une lecture agréable et légère.

Les séquences dialogales s’avèrent optionnelles dans le roman, et on en remarque l’usage nettement plus modéré dans le roman littéraire.

Les dialogues dans le roman LITTÉRAIRE

Tel que mentionné plus haut, les séquences dialogales s’avèrent optionnelles dans le roman, et on en remarque l’usage nettement plus modéré dans le roman littéraire.

À ce propos Alain Beaulieu, écrivain et professeur de création littéraire à l’Université Laval, affirme que « cela a un lien avec la temporalité. Dans un texte de fiction, il y a habituellement cinq éléments : action, dialogues, description, introspection et digression. La littérature populaire met l’accent sur les deux premiers, le temps du récit étant grosso modo lié au temps de lecture. Or la littérature permet de jouer avec le temps, en l’arrêtant ou en l’étirant, ou même en le niant. Cela se fait par la description, l’introspection et la digression. »

On remarque en effet que le texte d’un roman littéraire se présente habituellement de manière plus dense que celui d’un roman populaire. Au-delà du divertissement que peut représenter la lecture, c’est surtout la réflexion qui est privilégiée dans le roman littéraire. La narration est largement prédominante, exigeant du même coup une plus grande attention et plus d’engagement de la part du lecteur.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close