Il existe une manière professionnelle de mettre en forme son manuscrit au moment de faire parvenir celui-ci aux éditeurs. Il s’agit d’une convention, dans le milieu de l’édition traditionnelle, qui définit la mise en page considérée comme étant standard.

D’emblée, vous vous demandez peut-être pourquoi il est important de standardiser votre envoi. Comme vous êtes un créateur, vous avez sans doute à cœur de faire les choses à votre façon, c’est-à-dire avec originalité. Toutefois, dans le milieu littéraire, c’est plutôt par la qualité de vos écrits que votre singularité doit se manifester.

C’est en effet au contenu de votre manuscrit que s’intéresse l’éditeur. Le texte doit par conséquent être mis en valeur et, pour ce faire, rien de mieux qu’une présentation de manuscrit épurée, dépouillée du superflu.

LA MISE EN FORME DU MANUSCRIT

Le format standard de manuscrit est le format Word (8 ½ x 11 pouces ou 21,6 × 27,9 cm). Si vous soumettez votre manuscrit par courriel, évitez le format PDF ; les éditeurs travaillent rarement à partir de ce format.

Oubliez par ailleurs toute taille personnalisée. L’orientation « paysage », la disposition en mode « livre » ou « livret » sont également à proscrire. Aucun professionnel de l’édition ne souhaite travailler un texte mis en forme selon ces formats inhabituels.

QUE DOIT CONTENIR LA PAGE TITRE ?

La page titre du manuscrit doit être simple et épurée. L’éditeur doit pouvoir y trouver les informations dont il a besoin. Ne faites pas l’erreur de présenter une page titre criarde ou même une esquisse de la couverture que vous aimeriez pour votre livre publié. Le texte n’a même pas encore été accepté ! Une chose à la fois…

Prenez bonne note que la page titre de votre manuscrit n’a pas pour but d’en mettre plein la vue à l’éditeur, mais plutôt de constituer une source de renseignements utiles.

Cette page devrait simplement préciser vos prénom et nom, le titre de l’ouvrage, le genre littéraire (et sous-genre si besoin est), le nombre de mots (au Québec) ou de caractères (en Europe), la date de la version ainsi que les coordonnées complètes pour vous contacter.

LE DÉCOUPAGE DES CHAPITRES ET DES SCÈNES

On procède à un saut de page afin de séparer les chapitres les uns des autres. Pour découper les scènes, l’utilisation d’un astérisque (*) centré suffit amplement.

LA MISE EN PAGE DES DIALOGUES

La mise en forme des séquences dialogales doit être minutieuse et constante. De manière générale, on utilise le tiret cadratin (et non pas le trait d’union) pour marquer une prise de parole. On procède à un retour à la ligne et on utilise un nouveau tiret cadratin afin de marquer le changement de locuteur.

Il existe des variantes, dans la façon de présenter les dialogues, mais il importe d’en choisir une et de s’assurer que la typographie des dialogues soit constante tout au long du texte. L’ensemble doit être uniforme.

PEUT-ON INCLURE DES IMAGES DANS LE MANUSCRIT ?

Normalement, non. À moins que vous présentiez un projet de roman graphique, bref un projet où il apparaît impossible de séparer le texte de l’illustration, il n’est pas recommandé d’inclure quelque illustration que ce soit.

En fait, tout ce qui alourdit le poids du fichier numérique est à éviter, car cela rend le texte difficile à éditer. Il vaut mieux fournir les images en annexe, dans un document à part, sinon mentionner tout simplement dans le manuscrit, entre parenthèses, la légende de l’illustration prévue à cet endroit. Lorsque viendra le temps de publier, l’éditeur vous demandera de lui remettre les images et il verra lui-même à leur insertion dans la marquette finale.

LA PRÉSENTATION MATÉRIELLE

On recommande l’impression recto seulement (à moins d’avis contraire) lors de l’envoi d’un manuscrit sous forme papier.

Le manuscrit ne doit être relié d’aucune manière (aucune broche, perforation, boudinage, etc.) Il faut vous contenter de placer un simple élastique autour du document fraîchement imprimé et le tour est joué !

Sachez que les documents reliés, formatés et mis en page à la façon de livres ne font pas le bonheur de l’éditeur; au contraire ! Ce dernier pourrait bien croire que, tout compte fait, vous avez presque édité vous-même le livre et n’avez pas vraiment besoin de ses services… N’oubliez pas que c’est un manuscrit que vous devez soumettre à l’éditeur. Pas un livre.

Supportez notre équipe, avec un p’tit café virtuel, dans l’enrichissement de votre webzine préféré ! ☕️

*

Comment mettre en page son manuscrit

Il existe une manière professionnelle de mettre en forme son manuscrit au moment de faire parvenir celui-ci aux éditeurs. Il s’agit d’une convention, dans le milieu de l’édition traditionnelle, qui définit la mise en page considérée comme étant standard.

Le texte doit être mis en valeur et, pour ce faire, rien de mieux qu’une présentation de manuscrit épurée, dépouillée du superflu.

Évitez les erreurs de débutants! Présentez votre manuscrit de façon professionnelle.

Accédez au minicours en ligne

*

Notre mission est de soutenir et guider les auteurs, qu’ils soient débutants ou expérimentés, dans leur cheminement d’écriture et leur travail de perfectionnement de manuscrit avant publication.

Notre spécialité est l’évaluation de textes narratifs (roman, récit, nouvelle, conte, etc.); cela dit nous évaluons également d’autres types de manuscrits (essai, ouvrage pratique, guide, poésie, etc).

En savoir plus

*

Partager cet article

ARTICLES LES PLUS RÉCENTS