Les trois axes du modèle actanciel

Le modèle actanciel est celui sur lequel se basent la plupart des récits construits sur le modèle de la quête. Nous avons vu précédemment que le schéma actanciel présente les principaux personnages dont il détermine les rôles qui s’articulent autour de la quête.

Le sémioticien Julien Greimas, à l’origine de cette théorie littéraire, circonscrit six actants (destinateur, sujet, quête [et objet de la quête], adjuvant, opposant, destinataire), répartis sur trois axes (axe du vouloir, axe du pouvoir, axe de la transmission), représentant chacun un rapport d’opposition qui contribue à définir les enjeux du récit.

Prenons le temps d’observer ces trois axes afin de mieux saisir la dynamique de l’action qu’il importe de mettre en place au cœur de l’histoire. Gardons en tête que si la mécanique du récit est bien huilée, c’est-à-dire que les rapports de force sont bien articulés, l’intérêt du lecteur s’en trouvera accru.

Les trois axes du modèle actanciel 

(Six actants, trois axes)

1- Axe du vouloir

Sujet-Objet : Le sujet (protagoniste) oriente son action (quête) vers l’objet (but) de celle-ci. Dans le jargon de la théorie littéraire, le lien qui unit le sujet et l’objet est appelé « jonction ». Ce lien peut s’avérer de deux natures différentes :

  • Conjonction
    • Conjoint au sujet (par exemple : Roy désire devenir champion de boxe.)
  • Disjonction
    • Disjoint du sujet (par exemple : Josiane fuit l’obsédé qui la traque.)

Peu importe qu’il s’agisse d’un rapport de conjonction ou de disjonction, il n’en reste pas moins que cette paire d’actants représente une opposition en ce sens que la concrétisation des visées du sujet présuppose un certain degré de difficultés à traverser avant de parvenir à ses fins. Ce rapport de force contribue à nourrir la tension narrative.

2 – Axe du pouvoir

Adjuvant-Opposant : L’adjuvant est un personnage qui contribue à faciliter la réalisation de la mission dans laquelle s’est engagé le sujet. L’opposant, comme son nom le laisse à deviner, cherche quant à lui à nuire aux visées du protagoniste.

C’est donc dire que l’adjuvant et l’opposant exercent des influences contraires (bienfaisantes et malfaisantes) sur le déroulement du récit. Ces personnages contribuent à déterminer les enjeux du récit pour peu qu’ils aient des motifs (il faut déterminer ce qu’ils ont à gagner ou à perdre ) d’agir en faveur ou en défaveur de la réalisation de la quête.

3- Axe de la transmission

Destinateur-Destinataire : Dans le récit construit sur le modèle de la quête, le destinateur est celui qui demande au sujet d’entrer en action. Il lui transmet ses directives et s’attend à ce que le sujet — qu’il a pris soin de choisir en regard de ses qualités et ses compétences présupposées — mène à bien cette quête dont il verra à apprécier le degré de réussite au terme de celle-ci.

Le destinataire, quant à lui, bénéficie de la réalisation de cette quête. Autrement dit, c’est sur lui que se répercutent les retombées positives de cette concrétisation. C’est donc dire que la volonté accomplie du destinateur impacte la réalité du destinateur.

schéma actanciel

Écrire un roman

Une évaluation professionnelle de votre manuscrit vous permet de mieux cibler les forces et les faiblesses de votre histoire.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close