L’écrivain et l’ergonomie de son environnement de travail

L’écriture représente bien souvent un moment paradoxal. C’est-à-dire que, selon le cas, le temps consacré à cette activité sera considéré à la fois comme une activité de travail et de détente. L’auteur qui aime laisser libre cours à son inspiration dans des postures ou des contextes plus ou moins décontractés se rend compte, tôt ou tard, que ceux-ci sont inadaptés à la tâche et… qu’il finit par en payer le prix.

Écrire dans un environnement adapté

Maux de dos, tensions dans la nuque et les épaules, poignets fragilisés, etc. s’avèrent fréquemment le lot de ceux qui font courir leurs doigts sur les touches d’un clavier d’ordinateur. Voici quelques trucs à mettre en pratique aussi rapidement que possible avant que les petits ennuis de santé ne s’aggravent…

Les pieds au sol

Lorsque l’écrivain est assis sur sa chaise de travail, ses cuisses devraient être ni trop hautes ni trop basses, elles devraient se positionner de manière parallèle au sol. Si le bureau se révèle trop haut, il convient alors d’ajuster la hauteur du siège. Si malgré ces considérations les pieds ne touchent pas le sol, on recommande de faire usage d’un repose-pied (d’un dictionnaire ou d’un bottin téléphonique!) afin de parer à la situation.

Le dos droit

La courbe lombaire doit être soutenue de haut en bas. Idéalement, il faudrait opter pour une chaise qui suit la forme naturelle de la colonne vertébrale. À défaut d’en avoir une à disposition, on peut toujours chercher à compenser par l’usage d’un coussin ou d’un oreiller qui servira d’appui au dos.

Les avant-bras appuyés

Les coudes devraient être fléchis à 90 degrés. L’avant-bras devrait être horizontal, bien appuyé sur le bureau. Il est recommandé de s’assurer que les épaules soient détendues, mais de ne surtout pas les laisser s’affaisser afin d’éviter toute tension musculaire.

Le poignet reposé

À force de tapoter des doigts sur le clavier et de cliquer sur la souris, l’écrivain finit par éprouver des inconforts voire des douleurs au poignet qui se fragilise. L’usage d’un repose-poignet aidera beaucoup, sinon on peut se dépanner en roulant une petite serviette sur laquelle on dépose le poignet afin de lui fournir un appui.

L’écran ajusté

L’écran devrait toujours être ajusté à la hauteur des yeux. Le regard doit s’incliner légèrement vers le bas, mais cela sans incliner le cou! Sinon… les douleurs apparaissent après un certain temps. Il existe de nombreux modèles de support pour ordinateur, dans les magasins spécialisés, qui rendront le travail plus sécuritaire et agréable.

La luminosité de l’écran

Il s’agit d’un paramètre ajustable dans les paramètres de votre ordinateur. Il existe par ailleurs des logiciels gratuits, tels que f.flux, qui permettent d’ajuster automatiquement la luminosité de votre écran au fil de la journée.

Des pauses d’écriture régulières

On recommande de prendre des pauses de 30 secondes à deux minutes, pour se dégourdir et réactiver la circulation sanguine, au moins une fois à chaque demi-heure. Pour éviter les oublis, alors que vous êtes très absorbé par le travail, sachez qu’il existe des logiciels gratuits pour vous faire penser à prendre ces petites pauses régulières :

N.B. La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) propose en téléchargement gratuit un petit guide de conseils ergonomiques pour le travail à l’ordinateur.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close