Non, la fantasy n’est pas la même chose que le fantastique!

C’est sans doute parce que les termes se ressemblent que les gens les confondent si fréquemment, mais il faut savoir que ces deux genres littéraires se distinguent par leur atmosphère respective et, surtout, en regard de l’effet produit sur le lecteur.

Dans le genre fantastique, un élément paranormal fait irruption dans un contexte réel en suscitant la perplexité, voire l’effroi du lecteur, alors que dans la fantasy l’irrationnel est considéré comme quelque chose de normal et ne suscite aucune angoisse particulière. La fantasy consiste en un genre littéraire qui convie le lecteur à entrer dans un univers magique en acceptant d’y croire le temps de sa lecture.

Un genre qui compte plusieurs déclinaisons

Il est intéressant de savoir que la fantasy est un genre littéraire foisonnant qui peut être subdivisé en de nombreuses sous-catégories; la low fantasy, high fantasy, myth fantasy, fairy tale fantasy, etc., chacune étant définie par des caractéristiques bien précises. L’objectif de ce billet n’est cependant pas d’explorer le fin détail de toutes ces déclinaisons, mais plutôt de définir le genre dans ses grandes lignes afin de le distinguer à la fois des genres fantastique et merveilleux.

Principales caractéristiques

La fantasy est un terme issu de la langue anglaise qui signifie « imagination ». La fantasy fait par conséquent partie — vous l’aurez compris — des littératures de l’imaginaire. C’est un genre littéraire qui présente un ou plusieurs éléments surnaturels s’incarnant la plupart du temps par l’utilisation de la magie. Le récit se situe dans un futur plus ou moins proche, peu ou pas défini; l’action se déploie bien souvent hors du temps.

Parmi la grande famille des créatures et personnages de la fantasy, on rencontre des magiciens, des sorciers, des elfes, des nains, des dragons, des trolls, des gobelins, etc. L’ambiance est d’ordinaire sombre et médiévale. Le héros de l’histoire risque fort d’être un guerrier, faisant preuve de courage et affrontant seul sa mission, sinon il sera bien souvent accompagné d’un fidèle comparse.

Les enjeux humanitaires sont cruciaux et les personnages sont mis à l’épreuve entre royaumes en conflit dans un monde essentiellement chaotique où se confrontent les diverses créatures. La magie, quoique naturelle dans ce contexte, se déploie de manière souvent étrange, maléfique, et est habituellement détenue que par quelques mystérieux personnages.

Entre fantasy et merveilleux

Il est certain que la fantasy, qui s’adresse généralement à un lectorat adulte et jeune adulte, émerge des contes merveilleux et de mythes, mais on peut distinguer nettement la fantasy du conte merveilleux grâce aux caractéristiques suivantes.

D’abord, il convient de souligner le fait que si la fantasy reprend les grands archétypes du conte merveilleux, elle le fait avec de multiples nuances en apportant aux personnages une épaisseur psychologique que ne permet pas quant à lui le conte merveilleux, lequel se veut minimaliste en comparaison, et dont le lectorat cible est l’enfant. Les thématiques du conte merveilleux peuvent être reprises en partie — par exemple celles liées à la quête initiatique d’un personnage —, mais elles sont alors développées de façon beaucoup plus élaborée.

Le plus célèbre exemple littéraire qui soit de la fantasy est sans aucun doute l’incontournable Seigneur des anneaux de Tolkien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close