Quel type d’édition choisir?

Au moment de chercher à faire publier leur manuscrit enfin achevé, beaucoup d’auteurs débutants éprouvent des difficultés. Soit ils ignorent à peu près tout du monde de l’édition, soit ils ne s’en font qu’une idée très vague et ne parviennent pas à distinguer les différentes possibilités qui s’offrent à eux.

Ce manque de connaissances du milieu éditorial fait en sorte que bien souvent les démarches ne s’avèrent pas fructueuses puisqu’elles sont réalisées à l’aveuglette; l’auteur néophyte envoie son manuscrit à tout vent sans se soucier de distinguer entre eux les différents types d’édition existants, comme si ces derniers pouvaient s’avérer équivalents, ayant tous pour finalité de permettre l’impression d’un bouquin. Or en ce domaine, comme en bien d’autres, il n’est pas que le résultat qui compte, la manière de procéder change beaucoup de choses! Dès lors s’impose la nécessité de faire des recherches et de comprendre les différents systèmes.

Voici un aperçu des trois principaux types d’édition qu’il importe de savoir distinguer les uns des autres :

Autoédition

L’auteur prend lui-même en charge la publication du livre en endossant le rôle de chargé de projet éditorial. Il assume toutes les dépenses liées à la production matérielle. Il assure la supervision de toutes les phases; non seulement il a écrit le manuscrit, mais il verra à le faire réviser linguistiquement et à en faire corriger les épreuves; il devra voir à la conception de la couverture (illustration, graphisme), à la rédaction de la quatrième de couverture, aux démarches de demande de numéros ISBN; il verra aussi à solliciter les imprimeurs afin d’obtenir des soumissions, négocier les prix, engager un distributeur ou encore assurer lui-même (il faudra négocier avec les libraires et les convaincre) la distribution.

Avantages/inconvénients :

L’autoédition est-elle synonyme de liberté ou d’amateurisme? Les opinions, à ce sujet, sont très mitigées. On se demande, en fait, qui assure la qualité de l’ouvrage; l’auteur n’est-il pas trop concerné pour être en mesure de l’évaluer objectivement? Par ailleurs possède-t-il l’expertise nécessaire pour en juger? La distribution et la promotion sont souvent restreintes, pour ce type de publication. Les médias généralement la boudent et ne prennent pas la peine de s’y intéresser, n’en parlent donc pas, ce qui fait que le succès littéraire demeure relativement improbable.

Édition à compte d’auteur

C’est encore l’auteur qui paie la note, or cette fois quelqu’un se charge pour lui d’assurer l’accomplissement des différentes tâches professionnelles entourant la production et, selon entente, la promotion du livre. Il s’agit, en quelque sorte, d’un coordonnateur de projet engagé par l’auteur.

Avantages/inconvénients :

Les mêmes questions que pour l’autoédition se posent : liberté ou amateurisme? Qui contrôle, de manière effective, la qualité du texte? Il faut savoir que, dans ce cas-ci, l’éditeur ne pose en fait aucun véritable regard critique sur la qualité de l’ouvrage, puisqu’il n’assume aucun risque. Il est payé pour son travail, il exécute donc celui-ci tel qu’on lui demande de le faire — tout au plus peut-il se permettre quelques suggestions — et empoche les dollars qui lui reviennent. Là s’arrête son boulot. La distribution et la promotion sont encore une fois restreintes; les médias boudent aussi généralement ce type de production.

Édition traditionnelle

L’éditeur traditionnel est un professionnel de l’édition qui choisit avec soin les ouvrages qu’il souhaite publier. S’il met autant de soin à effectuer un choix et à peaufiner éventuellement, avec l’auteur, la qualité du texte, c’est qu’il investira un important budget et assumera à lui seul tous les coûts de production et de promotion. L’auteur n’a donc, dans ce cas-ci, pas un seul dollar à débourser. Un comité de lecture sera chargé de trier les manuscrits et de faire une présélection. Si le texte fait l’unanimité, on le publiera et l’auteur, qui sera lié par contrat avec l’éditeur, recevra autour de 10 % (c’est la norme) des ventes en droit d’auteur.

Avantages/inconvénients :

Ce type de publication ouvre les portes d’une éventuelle reconnaissance professionnelle pour l’auteur. Les médias le considèrent dès lors avec sérieux et il jouit généralement d’une bonne promotion et d’une bonne distribution. Cependant, puisqu’il est lié par contrat avec l’éditeur, il écope forcément d’une certaine perte de liberté puisque l’éditeur prend lui-même tout en charge.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close