Comment vaincre la page blanche?

La plupart du temps, c’est la fixation de l’auteur pour la phrase parfaite qui le fige devant la page blanche. Il voudrait écrire comme si le texte qui allait apparaître devant lui devait en être déjà à sa version finale.

Le syndrome de la page blanche

L’auteur n’écrit pas, il reste devant la page blanche, les doigts crispés sur son clavier, fixant l’écran hypnotique de son ordinateur, en attendant que la phrase parfaite vienne à lui. Après un certain moment, il se décide. Il commence à écrire, mais se rature aussitôt, c’est le retour à la case départ. Il est incapable de passer à la seconde phrase tant que la première, impeccable, n’a pas été arrêtée. Alors il commence à souffrir de ce qu’il croit être la panne d’inspiration. Il sent qu’il lui est possible de rester ainsi pendant des heures à ne pas savoir par quelle phrase commencer… alors il abandonne, prétextant que c’est un mauvais jour pour écrire et qu’il reviendra se placer devant l’écran, demain peut-être, en ayant réfléchi un peu mieux à ce qu’il devrait écrire.

Si vous souffrez du syndrome de la page blanche, c’est peut-être parce que vous ne vous donnez pas l’occasion de pétrir la matière.

Travailler la matière brute

On pourrait comparer le processus d’écriture à une sorte de grosse boule de pâte à modeler que l’on doit réchauffer de sa main. Commencez par mettre des éléments sur le papier, même si ceux-ci ressemblent d’abord à de la prise de notes un peu décousue. Pour réussir une sculpture, il faut de la matière. On ne peut sculpter à partir de rien. Cette matière, au départ, est forcément brute. Elle ne représente pas grand-chose, c’est une masse lourde, difforme, pas du tout esthétique. À cette étape, l’œuvre est encore bien loin de ressembler à la représentation finale que l’artiste a en tête.

Commencez par disposer vos notes çà et là dans le manuscrit à l’endroit où vous voulez aborder tel ou tel sujet. Puis, lorsque la prise de notes sera assez avancée, et que vous aurez devant vous une masse de matière relativement importante, vous commencez à pétrir la pâte pour la réchauffer, c’est-à-dire que vous commencerez à manier et remanier le texte, à travailler le récit.

Pétrissez le texte afin que, peu à peu, les phrases se réchauffent, s’assouplissent et prennent forme d’une manière plus esthétique. Jetez parfois un morceau de matière superflue. Donnez ici du relief et creusez là, etc. jusqu’à ce que tout à coup se profile devant vous une forme qui commence à ressembler à ce que vous désiriez concevoir. Alors la fièvre d’écriture s’emparera de vous, car cette forme qui commencera à se dessiner sous vos yeux indiquera que vous êtes en bonne voie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close